• Destination
  • Activité

GR20, la traversée mythique de la Corse

titre du topo

Trekking

Calenzana, Corse, France

  • Juin
  • Juil
  • Sept

Publié par

Celine

Celine

En Bref

Faire le GR20 c'est s'attaquer au challenge de la traversée d'une île sublime, dont les paysage époustouflants vous laisseront un souvenir exceptionnel.

  • Distance : 200,0 Km
  • Dénivelé positif : 10,0 Km
  • Durée : 2 semaines
  • Altitude max : NC
  • Dénivelé négatif : NC
  • Orientation : NC
  • Altitude min : NC
  • Niveau : Moyen
  • Cotation : NC

Itinéraire

Étape 1 – Dimanche 31 aout : Calenzana – Refuge d’Orto di u Piobbu
Panoramas

Cette première journée qui nous fait prendre pas mal d’altitude est longue, mais nous semble plutôt courte : on commence a marcher de bonne heure (7h15) et surtout, on est tout frais. Au fur et a mesure que l’on s’élève, les vues de la baie de Calvi sont magnifiques.
Des le premier jour, le GR20 se révèle avec ses panoramas exceptionels et ses montées ou il faut sortir les mains de ses poches.

Étape 2 – Lundi 1er septembre : Refuge d’Orto di u Piobbu – Refuge de Carrozzu
Crêtes et baignade

Première nuit, première victime de la gastro, mais le mal est vite balayé. En résume aujourd’hui, une grande montée, puis une grande descente où on est bien content d’arriver en bas. Premier passage sur les crêtes : premières sensation de ce qu’est le cœur du GR20, un survol des cimes…
En poussant encore 15 minutes après le refuge, on peut se baigner au niveau de la passerelle, et cela en vaut vraiment la peine.

Etape 3 – Mardi 2 septembre : Refuge de Carrozzu – Haut Asco
Crêtes

La première partie de cette journée, la montée dans les gorges granitiques a été l’une de mes ascensions préférée du GR20, à la fraiche sur ces grande dalles de pierres, un régal. D’autant plus que la vue au col est tout simplement magnifique. Comme finalement, nous avalons vite l’étape, nous faisons une longue pause sur les crêtes avant de plonger vers Haut Asco et cela vaut bien la peine de s’arrêter un moment pour profiter du spectacle avec la chaine du Cinto qui défile devant nous.
A Haut Asco, nous optons pour le gite (avec douche chaude) plutôt que le bivouac et pour le restaurant délicieux. (Le Chalet)

Etape 4 – Mercredi 3 septembre : Monte Cinto (Cintu) 2707m
Sommet, baignade possible

Aujourd’hui, une étape hors GR, car nous souhaitons découvrir le point culminant de la Corse. La montée est assez agréable dans sa première partie, mais le devient beaucoup moins quand on attaque le grand pierrier. L’arrivée à la crête est assez décevante : on pense qu’on est tout prêt du sommet, mais il faut encore une bonne heure pour y accéder et surtout encore pas mal de dénivelé positif et négatif. Le sommet est magnifique, même si nous n’y restons que trop peu de temps. Et la descente est looooongue et caillouteuse. Si longue qu’arrivés en bas, on n’a même plus la force de se baigner dans les magnifiques piscines naturelles.
Et pour oublier cette trop longue descente, nous nous ruons dès notre arrivée sur les fondants aux châtaignes du Chalet… Vive la montagne:-)

Étape 5 – Jeudi 4 septembre : Haut Asco – Bergerie de Ballone
Cirque de la Solitude, baignade

C’est aujourd’hui l’une des étapes les plus emblématique du GR20 : le Cirque de la Solitude. L’ascension vers le fond du vallon est plutôt tranquille. Au niveau de la crête et avant de descendre dans le cirque, il fait un vent a décorner les bœufs. La traversée du cirque mythique qui consiste en fait à le descendre puis le remonter est un passage qui peut sembler impressionnant mais qui m’a paru plutôt ludique : grimper avec ses mains, ça change un peu !
Après un pique-nique (l’éternel saucisson, pain, fromage canistrelli) à flan de montagne, on finit de descendre jusqu’aux bergeries de Ballone, de maniere a equilibrer avec l’etape du lendemain qui s’annoncait un peu courte sinon.
Aux bergeries, on remplace la douche par un bon bain dans la rivière : délicieux.

Étape 6 – Vendredi 5 septembre : Bergerie de Ballone – Col de Vergio
Retour de la verdure, baignade

Apres une chouette montée à flan de côteau et en forêt, on passe un col qui nous amène dans un vallon herbeux et doux. Et c’est un vrai plaisir de retrouver de l’herbe après toute la caillasse que l’on a rencontrée. On s’arrête prendre un café au refuge de Ciottulu à i Mori qui offre un magnique panorama sur la vallee du Golu. Puis la descente est tranquille, d’abord sur les crêtes puis le long de la rivière.
Et parce qu’on a un duo de vaillants gaillard dans la troupe (Dams et Gillou), on se paye meme le luxe de manger des miaccioli (délicieuse specialité corse de pain fourré au fromage de brebis) qui viennent de la bergerie à 3 km en contrebas au bord d’une suberbe piscine naturelle.
On termine notre journee au gite bien confortable du col de Vergio.

Étape 7 – Samedi 6 septembre : Col de Vergio – Refuge de Manganu
Lac de Ninu, baignade

Une étape assez tranquile aux paysages de Nouvelle Zelande !
Les cols venteux aux arbres tordus nous inspirent de belles photos et le lac de Ninu nous apaise par son panorama aux formes harmonieuses.
En descendant vers le refuge de Manganu, on achète du fromage a la Bergerie de Vaccaghia : ce n’est pas la meilleures idée qu’on ait eu sur notre parcours, il était imangeable !
Au refuge de Manganu, on opte pour la riviere à nouveau plutot que la douche et on profite bien du soleil et moins du diner…

Etape 8 – Dimanche 7 septembre : Refuge de Manganu – Refuge de Petra Piana
Crêtes, lacs (vus d’en haut)

A nouveau aujourd’hui, on a deux malades dont moi… Pourtant la journée est vraiment magnifique avec la montée sur les crêtes et la traversée du cirque surplombant les deux magnifiques lacs d’altitude de Capitello, et de Melo. Pour Gillou et pour moi, c’est un vrai challenge et on sieste au col de Rinoso. On arrive avec soulagement au refuge de Petra Piana où le gardien est pour le moins atypique (attention, il va bientot fermer pour aller faire sa sieste).
Le brouillard se lève rapidement en fin de journee (enfin, Gillou et moi on dort pendant ce temps là) et on est contraints de manger à l’interieur où il a beaucoup de malades et peu de place…
La nuit est très très ventée et on se reveille e matin converts de poussière. Vivement Vizzavona !

Etape 9 – Lundi 8 septembre : Refuge de Petra Piana – Vizzavona
Cretes (Variante)

Aujourd’hui dans le groupe c’est pas moins de quatre personnes qui sont malades, mais quatre nouveaux ! Histoire que chacun y passe a tour de rôle.
Malgré tout, on décide de doubler l’étape car il paraît que le refuge d’Onda n’est pas extraordinaire. On opte aussi pour la variante au depart de Petra Piana qui est sensée nous faire gagner 1h30. Je dis « sensé » parce que nous avons eu du mal a trouver et suivre les traces de la variante au départ. Alors soyez vigilants.
Mais cette variante est réellement manifique, à faire absoluement. On apperçoit les côtes de part et d’autre de la montagne, c’est tout simplement magique.
L’ascension jusqu’a la Punta Muratello n’est finalement pas si longue que cela, contrairement à sa descente jusqu’a Vizzavona qui elle n’en finit pas, surtout dans la forêt vers la fin.
Mais arrivés au hameau, on décide de se faire bichonner et d’aller dormir à l’hôtel, parce qu’on le mérite bien.

Mardi 9 septembre : Journée de repos a Vizzavona
Repos
Comme nous avons un jour d’avance et que nos muscles et articulations ne seraient pas contre un peu de repos, on décide de faire un break. L’hôtel est fort agréable et se prête bien à notre pause. En outre, le train est bien pratique puisqu’on va jusqu’à Corte pour renflouer les caisses en médicaments, pommades décontractantes et autres doubles peau.

Etape 10 – Mercredi 10 septembre : Vizzavona – E Capanelle
Forêt
Le sud est definitivement plus hospitalier que le nord. Ici, on marche dans la forêt, et à flan de colinne.
Capanelle n’offre pas de bivouac attrayant alors on opte pour le gite avec ses minuscules chambres. La soirée se passe à debattre de l’itinéraire du lendemain mais finalement, on optera pour la classique, histoire de ménager les articulations et de pousser jusqu’a Prati.

Etape 11 – Jeudi 11 septembre : E Capanelle – Refuge de Prati
Plateau
La première partie de cette étape est un peu monotone, mais l’ascension vers la Boca d’Oru est plutôt sympa. Quant à l’arrivée sur le plateau au-dessus, avant d’arriver au refuge de Prati, c’est tout simplement magnifique. Et malgré le vent, Prati reste surement l’un des plus beaux bivouacs du GR20.

Etape 12/13 – Vendredi 12 septembre : Refuge de Prati – Bergerie de I Croce
Cretes, plateaux
Aujourd’hui, on opte pour une variante hors des sentiers battus (ne la cherchez pas dans vos guides, elle n’y est pas). En fait, c’est un guide et des gardiens de refuge qui nous l’on conseillée. Le temps ne s’annonçant pas au mieux pour le lendemain, on décide donc de passer par la bergerie de I Croce qui va nous eviter de faire les crêtes sous la pluie (voire la neige)
Nous nous engageons donc sur le magnifique chemin des crêtes, ou les vues de part et d’autre sont juste magnifiques.
Mais ce n’est pas tout. Arrivés au refuge de Usciolu (super accueil et super appro), nous continuons sur le GR classique pour arriver au sublime plateau de Cuscionu, et c’est là que nous bifurquons pour trouver notre bergerie d’I Croce apres plus de 25km.(nos traces GPS sont dispos si cela vous intéresse)
Le propriétaire, Jean-Louis, nous a sûrement donné l’un des plus beau accueil de notre GR.

Etape 13/14 – Samedi 13 septembre : Bergerie de I Croce – Col de Bavella
Encore une longue etape aujourd’hui. Le mauvais temps, essentiellement du vent, mais en rafales monumentales, nous contraint à avancer assez vite et à eviter l’itinéraire alpin des aiguilles de Bavela.
Au col du même nom, nous avons quelques diffucultés à nous loger car ici, pas de bivouac, mais nous atterrissons finalement dans une caravane qui permettra à la moitié d’entre nous de nous abriter du vent, l’autre moitié ayant quand même dormi en tente.

Etape 14/15 Dimanche 14 septembre : Col de Bavella – Conca
Baignade possible
Notre dernière étape, qui va nous faire finir le GR20 avec 1 jour d’avance sur notre planning. Et c’est tant mieux apparemment. En effet, quand nous arrivons au très chouette refuge de I Paliri, le gardien nous annonce qu’il neige sur les crêtes qu’on a foulées quelques jours avant.
Nous amorçons donc notre descente vers Conca le cœur léger, en savourant les dernières montées au pas de course. Le paysage est vraiment grandiose quand la côte se découpe enfin devant nous. Bientôt, nous serons dans l’eau turquoise.
Histoire de nous faire bien savourer cette dernière partie, on a même droit à un superbe orage juste avant de plonger dans le maquis.
Notre aventure s’achève ici, au gite de Conca. Fatigués, heureux d’avoir accompli ce trek inoubliable, mais aussi le cœur un peu serré que cette aventure la soit déjà terminée. Vivement la prochaine et qu’elle soit encore plus longue et intense que celle ci !

Accès

Départ Calenzana

Hébergement

En refuge

Photos

Voir la version imprimable

Topo vu 17547 fois

Commentaires

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire

James

James

le 12 septembre 2010

Tous ces commentaires nous donnent envie de suivre vos traces

Roland-Domi

Roland-Domi

le 20 juin 2010

C'est beau, c'est fort, c'est une aventure merveilleuse à faire entre amis, en famille.

Fred

Fred

le 19 juin 2010

C'était en septembre 2008, et on a bien rigole !

dams

dams

le 24 juin 2010

Nul besoin de voyager à l'autre bout du monde pour découvrir des paysages incroyables. Il faut tout de même être bien en forme pour se lancer sur le sentier du GR20.

Inscription à la newsletter

Suivez-nous

Suivez-nous

Facebook ZeOutdoor
Twitter ZeOutdoor
Google Plus ZeOutdoor
Youtube ZeOutdoor
Pinterest ZeOutdoor

Les derniers Test

Testé
39525GR20, la traversée mythique de la Corse

Avis des utilisateurs :

0/5

Test de la redac :

4/5

Matelas ZOR 20R de Nemo

Testé
39519GR20, la traversée mythique de la Corse

Avis des utilisateurs :

0/5

Test de la redac :

4,3/5

Matelas Astro Air Lite 20R de Nemo